Conclusion

Il existe deux manières de faire passer un message secret : soit en codant celui-ci (la cryptographie), soit en le cachant (la stéganographie). 

Le plus sûr serait encore de coupler les deux sciences : cacher un texte auparavant codé à l’aide de la cryptographie.

Malheureusement, à l’heure actuelle, faire passer un message secret n’est plus une mince affaire. Les algorithmes simples de cryptographie ont depuis longtemps été cassés, et les cachettes de la stéganographie sont de plus en plus désuètes.

Il reste cependant des algorithmes encore très durs à analyser tels que le RSA, mais coder à l’aide de cet outil n’est pas familier à tout le monde.

Reste désormais à trouver d’autres formes de cryptographie ou de stéganographie.

Parmi elles se profile déjà la cryptographie quantique, reposant sur de très puissants ordinateurs capables à la fois de transmettre des messages impossibles à intercepter et de factoriser de très grands nombres, ce qui pourrait mettre à mal les cryptographies actuelles. En théorie…

Tout comme César qui pensait son chiffre indécelable, tout comme Vigenère qui voyait en son invention une fabuleuse méthode de cryptographie, tout comme les allemands qui se mettaient déjà à rêver d’une future victoire lors la deuxième guerre mondiale ; la cryptographie quantique reste au stade de la théorie.

Peut-être même qu’elle n’apparaîtra jamais au grand jour…

"N’accordez jamais une confiance aveugle à un système de cryptographie"

Gilles Dubertret

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site