La stéganographie

La stéganographie vient du grec steganos (« couvrir ») et graphein (« écrire »). Littéralement, la stéganographie est l’art de cacher des messages.

De façon imagée, si l’on utilise le coffre-fort pour symboliser la cryptographie, la stéganographie revient à enterrer son argent dans son jardin.

C’est Hérodote, historien grec, qui raconte la toute première forme de stéganographie apparue au Vème siècle av. JC pendant la seconde guerre médique. La méthode constituait à raser le crâne d’un esclave, de lui tatouer le message à transmettre sur la tête, et d’attendre que ses cheveux repoussent. Il ne restait plus au destinataire qu’à raser à nouveau le crâne de l’esclave et de prendre connaissance du message.

Toujours d’après Hérodote, les Spartiates utilisaient des tablettes desquelles ils retiraient la cire. Ils écrivaient ensuite à même le bois et recouvraient leur message de la cire d’origine. Ainsi la tablette paraissait vierge, et personne ne se serait douté qu’un message y était caché.

La stéganographie n’a donc cessé d’évoluer au cours des siècles.

C’est pourquoi nous verrons d’abord un modèle de l’Antiquité, puis un modèle du XXème siècle et enfin un modèle de nos jours.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×